Lancer la vidéo
N 48.246057 O -4.910102
L'étude des grands dauphins en mer d'Iroise
Carte - mer d'Iroise dans le Finistère
Mes dossiersFavoris
Bienvenue,

Découvrez tous les avantages d'être privilégié gratuitement en vous inscrivant ;

  • Sauvegarder mes dossiers
  • Profiter de bons plans
  • Gérer mes données
S'inscrire

En créant un compte, vous acceptez nosconditions générales d'utilisationet notrecharte de confidentialité

Molène : une faune et une flore remarquables

Un sanctuaire de la biodiversité marine

Les îles et îlots de l'archipel de Molène sont des sanctuaires précieux de la biodiversité. Sensibles à la moindre perturbation naturelle et d'origine humaine, ils sont regardés et étudiés de près.

Dans les airs...

Désignée par l'Unesco en 1988, la Réserve de biosphère des îles et de la mer d'Iroise comprend en son sein l'archipel de Molène. La situation géographique originale de ses îles et de ses îlots explique la présence d'une flore et d'une faune remarquables.

On y trouve les plus importantes colonies françaises d'océanite tempête (plus de 90% des effectifs français du littoral Manche-Atlantique) et de goéland brun. L’île de Banneg abrite la deuxième colonie française de puffin des anglais et l’île de Béniguet, la principale colonie de sterne naine de Bretagne. L’archipel de Molène est par ailleurs un des secteurs de reproduction de l'huîtrier-pie.

Et dans l'eau

Outre la population ailée, l'archipel abrite des mammifères marins tout particulièrement une petite colonie de phoques gris, espèce emblématique et protégée, estimée en moyenne à cinquante individus en été et jusqu'à cent cinquante en hiver qui se trouve en France à la limite sud de son aire de répartition. Les agents du Parc naturel marin d'Iroise effectuent, chaque mois, un comptage des phoques gris présents sur les reposoirs de l’archipel de Molène. Et tiennent à jour, en partenariat avec Océanopolis, un catalogue de photographies.

Il est possible de croiser également la population sédentaire de grand dauphin qui s'élève à environ trente-cinq individus. Leur présence témoigne d'un milieu naturel préservé. De même que celle des requins et des raies, véritables sentinelles de la mer, qui fréquentent les parages.

La qualité de l'habitat, composé de champs d'algues, d'herbiers de zostère, et d'un banc de maërl, abritant une biodiversité exceptionnelle, est donc sous surveillance.

 

Crédits photos : Stéphane Dixneuf / Agence française pour la biodiversité (jeune phoque), Livier Schweyer / Agence française pour la biodiversité (puffin cendré), Benjamin Guichard / Agence française pour la biodiversité (nudibranche et anémones).

Ne manquez pas...

Chargement
Plus de résultats Plus de résultats