Lancer la vidéo
Goutez l'huître de la Baie de Morlaix
Carantec en Finistère
Mes dossiersFavoris
Bienvenue,

Découvrez tous les avantages d'être privilégié gratuitement en vous inscrivant ;

  • Sauvegarder mes dossiers
  • Profiter de bons plans
  • Gérer mes données
S'inscrire

En créant un compte, vous acceptez nosconditions générales d'utilisationet notrecharte de confidentialité

Les fruits de mer en Baie de Morlaix

Fruits iodés extra frais

Facile à préparer, toujours un succès... Laissez vous tenter par un bon plateau de fruits de mer pour les fêtes ! En Finistère, les crustacés et coquillages sont toujours extra frais, issus de la mer toute proche. Pour constituer votre plateau de fruits de mer, vous pouvez choisir des huîtres plates ou creuses, des langoustines moyennes et grosses, des crevettes, du tourteau, une araignée et du homard cuit, des palourdes, quelques bulots et bigorneaux... sans oublier le citron et une bonne mayonnaise maison.

Sur les étals des marchés ou directement auprès des pêcheurs, vous trouverez un large choix de fruits de mer qui varie selon la saison, la région et les prises effectuées le jour-même.

Dans la Baie de Morlaix, ces petits trésors venus de la mer sont partout, de Roscoff à Locquirec en passant par Carantec et Morlaix.

Le homard, fleuron de la gastronomie finistérienne

Le homard breton, reconnaissable à sa belle robe noire aux reflets bleutés qui tourne au rouge brique à la cuisson, est, avec l’ormeau, le « roi des crustacés ». Sa chair ferme et réputée se déguste froide ou chaude, en papillote, grillée ou à l’armoricaine... bref à toutes les sauces !

Vous avez acheter un homard ? Pour le griller, faites-le flamber avec un très bon Cognac et nappez chaque demi-homard de crème fraîche avant de le griller.

Le saviez-vous ?

Le homard possède deux pinces différentes : l’une pour couper et l’autre plus grosse pour broyer.

Homard bleu en Finistère

 

L'huître, dans sa belle coquille nacrée

La Morlaix-Penzé est la star en Baie de Morlaix. Comme son nom l'indique, elle est élevée en aval de la Penzé ainsi qu'à l'ouest de l'île Callot entre Carantec et Saint-Pol de Léon.

Si vous voulez en goûter, visitez un parc ostréicole, achetez une bourriche d'huîtres (nom donné au panier de forme oblongue qui contient 12 douzaines d’huîtres) voire un plateau dans un restaurant en bord de mer. avec pain beurre et verre de blanc. Souvenirs garantis.

Sachez enfin que l’huître se consomme aujourd’hui toute l’année, contrairement au dicton qui précise qu’elle ne se consomme que les mois en « r » et que bon nombre de fermes ostréicoles propose d'expédier (sans risque) des bourriches d'huîtres directement chez vous !

Le saviez-vous ?

La production d'huîtres a commencé en 1892 dans la Baie de Morlaix. C'est aujourd'hui le premier centre ostréicole du Finistère.

Les coquilles Saint-Jacques, un produit d'exception

Plus rare que la coquille Saint-Jacques de la baie de Saint-Brieuc, celle de Morlaix a un goût inimitable. Sa chair délicate, sa saveur doucement iodée, sa noix particulièrement développée, font de ce produit l'un des plus recherchés par les restaurateurs.

Si vous souhaitez la cuisiner vous-même vous la trouverez sur les étals des marchés locaux ou directement auprès des pêcheurs, sur le port de Plougasnou. Attention, la saison est courte (d'octobre / novembre à janvier) et les pêcheurs ne vont en mer que certains jours. Renseignez-vous !

Coquille Saint-Jacques Finistère

 

Les crabes, araignées, étrilles, tourteaux...

Derrière le nom générique de "crabe" se cachent pas mal d'espèces... S’il est pêché principalement au casier (Roscoff est aujourd'hui le premier port français de pêche aux crabes), vous pouvez cependant profiter des grandes marées et sortir votre épuisette pour des parties de pêche mémorables.

Comment les reconnaitre ?

Le tourteau (ou dormeur) est un crabe au corps ovale, de couleur brun rouge, muni de deux pinces et huit pattes. Les plus gros peuvent atteindre 30 à 40 cm !

L’étrille (ou crabe sardine) est un petit crabe brun et plat, reconnaissable par ses yeux rouges. Attention : il est rapide, ne se laisse pas attraper facilement et pince fort ! Si votre panier est mal fermé, il vous faussera compagnie...

L’araignée de mer se caractérise par ses longues pinces et ses pattes grêles et velues. Elles sont très convoitées par les pêcheurs.

Nos conseils "d'expert"

  • Sortez juste avant la basse mer : si le soleil a bien tapé et que personne n'est passé avant vous, c’est la pêche miraculeuse assurée ! Privilégiez les roches avec failles et trous.
  • Munissez-vous d'un panier et d'un crochet. Une fois dans le panier, le crabe peut être recouvert d'algues. Ainsi, il arrêtera de bouger. :)

Tourteau en Finistère

 

L'algue alimentaire, la salade de mer

Le Finistère possède le plus grand champ d'algues d’Europe ! Celui-ci se situe entre la Baie de Morlaix, les côtes du Léon et autour d'Ouessant et de Molène.

Parmi les 800 espèces référencées, une douzaine se consomme. Goutez notamment le pain aux algues, le beurre aux algues... initiez-vous à la cuisine aux algues... découvrez les condiments à base d'algues...

On trouve également des tisanes aux algues, des chocolats aux algues chez des chocolatiers de renom. De plus en plus nombreux sont les restaurateurs finistériens qui pratiquent cette nouvelle cuisine de la mer.

Le saviez-vous ?

Les algues remplacent avantageusement la feuille de papier d'aluminium pour une papillote de poisson, et parfument par osmose un filet de bar cuit à la vapeur...

Nos bonnes adresses
De retour d'une sortie pêche à pied ou du marché, il est temps de cuisiner vos fruits de mer !
Le homard breton

20 minutes de cuisson par kilo
Plonger le homard vivant ficelé sur planchette et les pinces tenues par des élastiques dans un court-bouillon porté à ébullition (carottes, poireaux, oignons, vin blanc, herbes + 2 litres d'eau environ). Quand le court-bouillon revient, sortir le homard à l’aide d’une écumoire. Égoutter et préparer le homard selon vos préférences.

La coquille Saint-Jacques

Pour les ouvrir
Prendre la coquille en main, partie arrondie vers soi. Passer la lame d'un couteau de cuisine dans la fente et venir sectionner le muscle en raclant la coquille supérieure. Maintenir la noix avec le pouce et avec le couteau venir attraper la membrane noire. Tirer doucement. Garder la noix blanche et le corail, seules parties qui se mangent.

Pour les cuire
Préparation : 5 à 6 minutes en tout.
Couper les noix en deux ou trois escalopes, les poêler à l’huile d’olive ou au beurre salé 2 minutes de chaque côté, une pincée de sel et de poivre, servir chaud, nature ou avec du riz.

Les bigorneaux

Bien laver les bigorneaux jusqu’à ce que l’eau soit claire, les recouvrir d’eau froide, salée avec du gros sel. Ajouter poivre et feuille de laurier, un peu de muscadet et un peu de beurre salé. Quand l’écume recouvre tout, on les sort de l’eau, on les égoutte, on les mange tièdes ou froids en apéritif ou sur plateau de fruits de mer.

La palourde

Elle se mange crue ou farcie.
Pour la farcir : ouvrir les palourdes crues, faire une farce (beurre, ail et persil). Recouvrir complètement la paloude ouverte avec ce mélange, enfourner et cuire jusqu'à ce que le beurre brunisse un peu.

Nos bonnes adresses
De retour d'une sortie pêche à pied ou du marché, il est temps de cuisiner vos fruits de mer !
Le homard breton

20 minutes de cuisson par kilo
Plonger le homard vivant ficelé sur planchette et les pinces tenues par des élastiques dans un court-bouillon porté à ébullition (carottes, poireaux, oignons, vin blanc, herbes + 2 litres d'eau environ). Quand le court-bouillon revient, sortir le homard à l’aide d’une écumoire. Égoutter et préparer le homard selon vos préférences.

La coquille Saint-Jacques

Pour les ouvrir
Prendre la coquille en main, partie arrondie vers soi. Passer la lame d'un couteau de cuisine dans la fente et venir sectionner le muscle en raclant la coquille supérieure. Maintenir la noix avec le pouce et avec le couteau venir attraper la membrane noire. Tirer doucement. Garder la noix blanche et le corail, seules parties qui se mangent.

Pour les cuire
Préparation : 5 à 6 minutes en tout.
Couper les noix en deux ou trois escalopes, les poêler à l’huile d’olive ou au beurre salé 2 minutes de chaque côté, une pincée de sel et de poivre, servir chaud, nature ou avec du riz.

Les bigorneaux

Bien laver les bigorneaux jusqu’à ce que l’eau soit claire, les recouvrir d’eau froide, salée avec du gros sel. Ajouter poivre et feuille de laurier, un peu de muscadet et un peu de beurre salé. Quand l’écume recouvre tout, on les sort de l’eau, on les égoutte, on les mange tièdes ou froids en apéritif ou sur plateau de fruits de mer.

La palourde

Elle se mange crue ou farcie.
Pour la farcir : ouvrir les palourdes crues, faire une farce (beurre, ail et persil). Recouvrir complètement la paloude ouverte avec ce mélange, enfourner et cuire jusqu'à ce que le beurre brunisse un peu.

Ne manquez pas...

Chargement
Plus de résultats Plus de résultats