Lancer la vidéo
N 48.583628 O 3.835037
La "Manu", d'hier à aujourd'hui
Carte - Morlaix en Finistère
Mes dossiersFavoris
Bienvenue,

Découvrez tous les avantages d'être privilégié gratuitement en vous inscrivant ;

  • Sauvegarder mes dossiers
  • Profiter de bons plans
  • Gérer mes données
S'inscrire

En créant un compte, vous acceptez nosconditions générales d'utilisationet notrecharte de confidentialité

La Manufacture des Tabacs de Morlaix

Patrimoine industriel et mémoire ouvrière

Quai du Léon, sur le port de Morlaix, la Manufacture des tabacs semble indétrônable, monument central de la cité et de son histoire, lieu de mémoire. Repensé, réinvesti, réinventé.

Témoin de l'activité ouvrière à Morlaix

Si l'histoire de la Manufacture est indissociable de celle du tabac, elle l'est aussi pleinement de celle de Morlaix. Où l'on a coutume de la dénommer familièrement et affectueusement “la Manu”. Édifiée au XVIIIe siècle, l'imposante bâtisse a accueilli dans ses ateliers pas loin de deux mille ouvriers, lorsque l'activité battait son plein au XIXe siècle, et majoritairement des femmes.

Une architecture classique. De hauts murs en granite provenant de l'île voisine de Callot. Elle ne passe pas inaperçue.  Et l'on a pu dire qu'ici le cœur de Morlaix, ville commerçante, ville prospère, battait. Ou encore qu'elle était le poumon de la cité. Chaque année, jusqu'à la fermeture définitive de l'établissement, ce sont des dizaines de millions de cigares qui y seront fabriqués, travail exigeant de la précision, de la souplesse et une très grande dextérité. “Pour tous les Bretons, témoigne Jean-François Brousmiche dans son Voyage dans le Finistère en 1829, 1830 et 1831, le tabac est un objet de première nécessité (...). Tous prisent, fument ou mâchent cette plante avec un plaisir toujours plus vif.”

   

Au cours du XXe siècle, la période n'est plus si faste, le déclin est amorcé. Le nombre d'employés et d'ouvriers va diminuant. En 1995, un incendie se déclare. C'est l'effroi. L'épreuve est surmontée et le bâtiment finalement restauré. L'espoir renaît. Les activités reprennent jusqu'en 2004, date à laquelle les machines s'arrêtent, les portes de la Manu se ferment. Mais pas définitivement.

Une nouvelle histoire

Dès 2000, la question du devenir du site est posée. La Chambre de commerce et d'industrie en fait l'acquisition et lance un chantier de reconversion, l'un des plus importants de Bretagne. Une poignée d'années plus tard, le bâtiment, classé Monument historique, accueille de nouveaux hôtes notamment les éditions Skol Vreizh, le siège du Télégramme, l'IUT, ainsi que des ateliers d'artistes. Et ce n'est que le début… Le site se réinvente. Une nouvelle histoire s'écrit. La naissance d'un nouveau quartier de ville est en cours au sein duquel un pôle culturel et économique d'envergure devrait prendre place, ainsi qu'un centre de culture scientifique, technique et industrielle en partenariat avec l'Espace des sciences de Rennes.

   

À lire…

La Manufacture de Morlaix. Une visite de 200 ans d'archives, dir. Yoric Schleef, éditions Locus Solus, 2016.

La Manufacture des tabacs, Anne Guillou, éditions Skol Vreizh, 2009.

Pour en savoir plus sur le projet de reconversion, consultez le site internet de Morlaix Communauté.

À lire…

La Manufacture de Morlaix. Une visite de 200 ans d'archives, dir. Yoric Schleef, éditions Locus Solus, 2016.

La Manufacture des tabacs, Anne Guillou, éditions Skol Vreizh, 2009.

Pour en savoir plus sur le projet de reconversion, consultez le site internet de Morlaix Communauté.

Ne manquez pas...

Chargement
Plus de résultats Plus de résultats