Mes dossiersFavoris
Bienvenue,

Découvrez tous les avantages d'être privilégié gratuitement en vous inscrivant ;

  • Sauvegarder mes dossiers
  • Profiter de bons plans
  • Gérer mes données
S'inscrire

En créant un compte, vous acceptez nosconditions générales d'utilisationet notrecharte de confidentialité

Protéger les océans, une priorité en Finistère

Les entreprises finistériennes à la pointe

Le G7 parlementaire s'est tenu à Brest les 5, 6 et 7 septembre derniers. Au menu des discussions : la protection des océans et de leur biodiversité. Brest n'a pas été choisie par hasard. La métropole finistérienne concentre les entreprises et centres de recherche les plus pointus en la matière. Plus largement, de nombreuses entreprises en Finistère se sont spécialisées dans ce domaine. 

Focus sur quelques entreprises finistériennes à la pointe dans la lutte contre les pollutions marines et la préservation des fonds marins.

Appréhender et gérer les pollutions marines

Prévention et lutte contre les pollutions sont des sujets relevant de la Marine Nationale. Pour l’aider dans sa mission, le CEPPOL (Centre d’Expertises Pratiques de Lutte Antipollution) a été créée. Basé à Brest, le CEPPOL jouit d’un rôle clef dans la lutte en mer contre tous les types de pollutions (hydrocarbures, chimiques, conteneurs) Sont exclues les pollutions d’origine radioactives ou générées par l’introduction d’une énergie dans le milieu marin.

Depuis 40 ans, le CEDRE évolue au niveau national et international avec pour rayon d’expertise : les pollutions accidentelles des eaux. Fort d’une équipe de 50 personnes composée de docteurs, d’ingénieurs et de techniciens, le CEDRE agit sur les pollutions des eaux marines ou des eaux intérieures. Son champ d’actions est simple : accumuler et capitaliser du savoir et développer des outils pour exécuter ses missions en France ou à l’étranger.

"Le CEDRE n'est plus seulement le pompier des mers. Nous formons chaque année près de 1000 personnes à travers le monde."
Stéphane Doll, Directeur du centre de documentation, de recherche et d'expérimentation sur les pollutions accidentelles de l'eau au CEDRE.

   

Les naufrages sont des catastrophes qu’il faut savoir anticiper pour sauvegarder la biodiversité et la nature environnante. Créée en 1998, la société morlaisienne Le Floch Dépollution participe chaque jour à la conservation et la protection des océans. Spécialisé dans le traitement des boues huileuses et la dépollution des terres polluées aux hydrocarbures, LFP s’efforce de maintenir l’équilibre de l’écosystème marin.

"Nous sommes référencés dans le monde entier pour notre expérience et notre savoir-faire"
Jean-Pierre Vanbaelinghem, PDG de l’entreprise Le Floch Dépollution

   

L’avenir des déchets plastiques

Le plastique est de plus en plus présent dans notre environnement, le « 7e continent » envahit chaque année nos mers et océans avec des millions de tonnes de déchets. Pour lutter contre cette augmentation croissante et le risque environnemental que cela représente, Plastic Odyssey Association à Concarneau a décidé d’agir. En organisant un tour du monde du premier navire propulsé grâce aux déchets plastiques, POA se lance dans un véritable défi : démontrer que ces déchets peuvent être utiles.

A bord d’un catamaran de 6m, l’association prendra le large en 2020 pour une expédition de 3 ans afin de remplir trois objectifs :  mieux comprendre l’impact de la pollution plastique et définir des solutions potentielles, démontrer la valeur des déchets plastiques en les utilisant directement comme ressources pour alimenter les moteurs du navire et pour fabriquer des objets lors des ateliers à chaque escale.

Réduire l’incidence sonore en milieux aquatiques ?

Le bruit est partout, et même jusque dans les profondeurs marines. S’il est difficile de s’en apercevoir, Quiet Oceans, société basée à Plouzané tente de comprendre les effets que ces nuisances peuvent avoir sur les écosystèmes et essaie de les réduire.

Smart Pam, bouée d’observation acoustique en temps réel, est un projet issu des recherches de la société. Son but est de suivre les pressions subies par les fonds marins  et de permettre l’exploitation des bruits sous-marins comme indicateurs de la santé de l’écosystème, de fournir des indicateurs de pression anthropique liés aux bruits des activités maritimes, et de de fournir aux acteurs maritimes une interface opérationnelle de gestion et d’aide à la décision.

Ne manquez pas...

Chargement
Plus de résultats Plus de résultats