Lancer la vidéo
Le blé noir, récolte et transformation
Mes dossiersFavoris
Bienvenue,

Découvrez tous les avantages d'être privilégié gratuitement en vous inscrivant ;

  • Sauvegarder mes dossiers
  • Profiter de bons plans
  • Gérer mes données
S'inscrire

En créant un compte, vous acceptez nosconditions générales d'utilisationet notrecharte de confidentialité

Le sarrasin et ses vertus

Le blé noir, emblème du Finistère

Plante à la riche histoire, le sarrasin ou blé noir appartient à notre patrimoine. Rustique, et de plus en plus recherché et apprécié sur nos tables, il s'accorde en tous points au climat et à la nature des terres du Finistère.

Le sarrasin, une culture aux nombreux atouts

La Moisson du blé noir est une huile sur toile de Paul Sérusier datée de 1899. Étonnamment peu d'artistes ont représenté les fleurs blanches délicatement rosées, les tiges rougeâtres et les feuilles vert foncé en forme de cœur du sarrasin. Plante éminemment emblématique de la Bretagne, et du Finistère en particulier, le sarrasin originaire des montagnes de la Chine occidentale, aurait été introduit chez nous au XVe siècle.

De par ses nombreux atouts − une croissance rapide, une culture facile, peu exigeante, un rendement élevé, sa culture a durant près de trois siècles occupé la majorité des terres bretonnes et agrémenté les tables. Son petit nom latin, Fagopyrum esculentum, lui aurait été octroyé par les botanistes en raison de la ressemblance de sa graine noire et triangulaire à celle du fruit du hêtre. Et si nous l'appelons également communément “blé noir”, voilà qui s'avère source de confusion car le sarrasin contrairement aux autres céréales comme le froment, l'orge, ou le seigle, n'appartient pas à la famille des graminées mais bien à celle des polygonacées à l'image de la rhubarbe.

Une IGP pour le blé noir

Une fois les graines moulues, on obtient la savoureuse farine de blé noir employée dans les fameuses galettes mais également dans de nombreuses autres associations culinaires qui font honneur au renouveau de la gastronomie. Car le blé noir, en grains ou en farine, possède des qualités nutritives intéressantes : riche en vitamines B, liées à la performance physique et mentale, il recèle du calcium, du magnésium, du phosphore, du fer, des glucides et ne contient pas de gluten. Selon la boulangerie Canevet située à Saint-Thégonnec, “cette polygonacée fut l'aliment de base des bâtisseurs de cathédrales” !

En 2010, grâce aux travaux de l'association Blé noir Tradition Bretagne, une indication géographique protégée pour la farine de blé noir de Bretagne est mise en place. Zéro traitement. Zéro pesticide. La demande en “gwinizh du” aujourd'hui ne cesse de croître. Et la production locale reste encore insuffisante pour la satisfaire pleinement. Figure de proue de l'agriculture bretonne, le blé noir mérite que l'on s'y attarde. Un retour en grâce à encourager !

  

Quelques chiffres

3000 hectares et 350 producteurs cultivent du blé noir sous l'IGP "farine de blé noir de Bretagne".

Un quart de la quantité consommée en France est cultivée localement.

On l'appelle "plante des 100 jours" car elle est récoltée anviron 3 mois après avoir été semée.

Quelques chiffres

3000 hectares et 350 producteurs cultivent du blé noir sous l'IGP "farine de blé noir de Bretagne".

Un quart de la quantité consommée en France est cultivée localement.

On l'appelle "plante des 100 jours" car elle est récoltée anviron 3 mois après avoir été semée.

Ne manquez pas...

Chargement
Plus de résultats Plus de résultats