Lancer la vidéo
La websérie pour suivre l'aventure
Mes dossiersFavoris
Bienvenue,

Découvrez tous les avantages d'être privilégié gratuitement en vous inscrivant ;

  • Sauvegarder mes dossiers
  • Profiter de bons plans
  • Gérer mes données
S'inscrire

En créant un compte, vous acceptez nosconditions générales d'utilisationet notrecharte de confidentialité

Under The Pole

Les nouveaux explorateurs

La skipper spécialiste des régions polaires Emmanuelle Périé-Bardout et Ghislain Bardout, ingénieur énergéticien, plongeur et caméraman sous-marin, se sont rencontrés au centre international de plongée des Glénan. Animés par le goût de l'exploration, ils ont installé leur camp de base à Concarneau et créé Under the Pole. Après leur première expédition en 2010 au Pôle Nord géographique, ils ont acquis un navire et voguent désormais sur le WHY, accomplissant des missions scientifiques inédites. Une aventure humaine exceptionnelle sous la surface des océans.

Entretien avec Emmanuelle Périé-Bardout.

Et si vous nous racontiez comment tout a commencé…

J'ai travaillé durant cinq années à l'École de voile des Glénans comme skipper et brevet d'état voile. Puis j'ai quitté l'île de Penfret pour œuvrer en tant que responsable des activités nautiques sur une expédition avec Jean-Louis Etienne à Clipperton.

Au retour j'ai décidé de me mettre sérieusement à la plongée sous-marine. Je me suis naturellement rendue au centre international de plongée des Glénan et j'ai rencontré Ghislain qui était moniteur. À la suite d'une exploration au pôle nord géographique pour uine expédition de Jean-Louis Etienne, où il a effectué ses premières plongées sous la banquise, Ghislain est revenu émerveillé et convaincu qu'il y avait une expédition à y consacrer. C'est ainsi qu'est née en 2007 l'idée d'Under the Pole.

La toute première expédition se révèle particulièrement encourageante ?

La première expédition s'est déroulée en 2010 au pôle nord géographique. Les images ramenées de l'endroit et de l'envers de la banquise témoignent d'un monde de rêve, en perdition du fait du réchauffement climatique. Elles ont fait le tour du monde, le film réalisé par Thierry Robert On a marché sous le pôle a été multi-primé en France et à l'international.

 

Ce succès a confirmé notre envie de poursuivre et d'essayer d'en faire notre métier. Nous avons enchaîné avec Under the Pole II. Sauf que les recherches de financement ont été très compliquées. Nous avons vendu notre maison et nous avons acheté le bateau sur lequel on est encore aujourd'hui, le Why, pour repartir au Groenland durant vingt-et-un mois avec un hivernage dans les glaces et les premières plongées à plus de cent mètres sous la banquise.

Vous avez noué une relation privilégiée avec le Fonds Explore du navigateur Roland Jourdain, ancré au cœur des chantiers navals de Concarneau.

C'est François Bertholom, directeur de l'entreprise Guy Cotten, l'un des partenaires de Under the Pole I, qui nous a conseillés de prendre contact avec Roland Jourdain et son équipe.  Ils ont aussitôt mis à notre disposition des bureaux et nous ont beaucoup aidés au cours de toute la préparation de Under the Pole II.

Nous avons bénéficié de leur expertise pour nous aider à préparer le bateau. En parallèle ils ont mis en place le Fonds de dotation Explore que nous avons intégré. Il y a toujours une entraide, un échange constructif dans un très bon esprit collaboratif, entre tous les projets hébergés. C'est une chance pour nous de bénéficier d'un camp de base à Concarneau qui offre toutes les installations nécessaires et de disposer d'un ponton pour le Why au retour des expéditions.

En quoi consiste la troisième aventure qui court de 2017 à 2021 et qui se veut hors du commun ?

Nous sommes partis en mai 2017 au Groenland. Le Why a fait le passage du Nord Ouest à l'été 2017 avec un premier programme scientifique qui traitait de la fluorescence naturelle. Ensuite nous avons laissé le bateau en Alaska pendant un peu moins de quatre mois en hivernage.

Après un long convoyage, le bateau est arrivé en Polynésie en juin 2018. Depuis un an, nous travaillons sur le programme Deep Hope concernant les coraux profonds difficiles d'accès. Nous avons plongé toute l'année entre six et cent soixante douze mètres de profondeur.

On attaque en août prochain le programme Capsule de plongée à saturation destinée à réaliser des immersions continues pouvant durer plusieurs jours. C'est un très gros défi. On l'a fait construire en Bretagne aux chantiers Piriou. Et là maintenant on va la tester grandeur nature. Vivre sous l'eau. Sortir, re-rentrer dans cette capsule qu'on a conçue et imaginée nous-mêmes c'est très excitant.

Ce dispositif permet de repousser nos limites à savoir le temps que l'on passe sous l'eau. Ce sera incroyable de pouvoir observer le récif corallien de manière continue pendant plusieurs jours. Je suis sûre que nous aurons de belles surprises. On sera plus d'une vingtaine de personnes à travailler à temps plein durant quatre mois. Ce sera intense. Puis on rentrera à Concarneau à la mi-décembre. Le bateau repartira l'été 2020 direction la Patagonie parce qu'à l'hiver 2020 on repart en Antarctique pour la dernière destination Under the Pole III.

Crédits photos (haut et bas de page) : Franck Gazzola / Under The Pole / Zeppelin Network

Pour en savoir plus

Vous pouvez consulter le site des expéditions Under the Pole et celui du fonds de dotation Explore.

Under the Pole

 

We Explore

Pour en savoir plus

Vous pouvez consulter le site des expéditions Under the Pole et celui du fonds de dotation Explore.

Under the Pole

 

We Explore

Ne manquez pas...

Chargement
Plus de résultats Plus de résultats