Lancer la vidéo
N 48.335996 O 4.478961
Pêche à la coquille Saint-Jacques en rade de Brest
Rade de Brest en Finistère - carte
Mes dossiersFavoris
Bienvenue,

Découvrez tous les avantages d'être privilégié gratuitement en vous inscrivant ;

  • Sauvegarder mes dossiers
  • Profiter de bons plans
  • Gérer mes données
S'inscrire

En créant un compte, vous acceptez nosconditions générales d'utilisationet notrecharte de confidentialité

La coquille Saint-Jacques en Finistère

Symbole et sentinelle

De couleur blanche et ocre, la coquille Saint-Jacques est très appréciée des gourmets pour sa chair fine et son corail. Mais au fond des mers elle recèle des mystères bien plus complexes, d'où son surnom de sentinelle.

Une coquille riche d'enseignements

Dodelinant au sac d'un pèlerin du chemin de Compostelle ou accrochée au bâton, gravée sur le granite d'une église, mets favori des tables des fêtes de fin d'année, la coquille Saint-Jacques, de la famille des pectinidés, est l'un des emblèmes du patrimoine breton.

L'un de ses meilleurs connaisseurs, Laurent Chauvaud, biologiste du CNRS, œuvre à Plouzané, à la pointe finistérienne, à l'Institut universitaire européen de la mer. Il vient de dédier à ce mollusque bivalve hautement apprécié pour ses qualités gustatives un ouvrage formidable : La coquille Saint-Jacques, sentinelle de l'océan (éditions de l'Equateur) : “C'est l'histoire d'une recherche scientifique attisée par la beauté de la nature, relancée par le hasard, déviée par les rencontres.”

Pecten maximus, présente naturellement sur les fonds sablo-vaseux de l'Atlantique Nord-Est, du Nord de l'Espagne jusqu'aux côtes de la Norvège en passant par la rade de Brest, offre des caractéristiques particulièrement étonnantes qui suscitent depuis trente ans la fascination du chercheur. Année après année, le temps laisse des stries sur la coquille qui sont riches d'enseignements sur l'environnement et ses variations, sur la pollution, sur la température des mers… Le claquement de ses valves serait également porteur de messages à décrypter. Machine à remonter le temps, sentinelle du milieu marin, témoignage vivant du réchauffement climatique, la saint-jacques n'a pas fini de nous surprendre !

  

En savoir plus

Il est préférable d'acheter les coquilles Saint-Jacques vivantes et entières, dans leurs coquilles encore fermées. Poêlé, étuvé, flambé, ou bien encore cru, marié aux poireaux ou encore à la truffe, ce fruit de mer est riche en minéraux, notamment en calcium, iode, fer et phosphore.

On la trouve dans la rade de Brest, dans la baie de Morlaix et autour de l'archipel des Glénan.

À lire

Laurent Chauvaud, La coquille Saint-Jacques, sentinelle de l'océan, croquis de Liz Hascoët, éditions de l'Equateur, 2019.

À réécouter

Laurent Chauvaud dans l'émission "Une journée particulière" sur France Inter, avec Zoé Varier (5 janvier 2020).

C'est par ici

En savoir plus

Il est préférable d'acheter les coquilles Saint-Jacques vivantes et entières, dans leurs coquilles encore fermées. Poêlé, étuvé, flambé, ou bien encore cru, marié aux poireaux ou encore à la truffe, ce fruit de mer est riche en minéraux, notamment en calcium, iode, fer et phosphore.

On la trouve dans la rade de Brest, dans la baie de Morlaix et autour de l'archipel des Glénan.

À lire

Laurent Chauvaud, La coquille Saint-Jacques, sentinelle de l'océan, croquis de Liz Hascoët, éditions de l'Equateur, 2019.

À réécouter

Laurent Chauvaud dans l'émission "Une journée particulière" sur France Inter, avec Zoé Varier (5 janvier 2020).

C'est par ici

Ne manquez pas...

Chargement
Plus de résultats Plus de résultats